L'orgue en souffrance de La Ronde-Haye

La Ronde-Haye, commune rurale de la Manche de 350 habitants près de Coutances, possède une église reconstruite vers 1850. Grâce à un don anonyme un petit orgue fut construit en 1855. Il a conservé tout son matériel d'origine.

Hélas, il est muet depuis bientôt 40 ans !

 

Depuis sa création, l'association des Orgues du bocage coutançais intervient en conseil auprès de la municipalité de La Ronde-Haye pour la restauration de cet instrument.


Vous souhaitez apporter votre contribution à la restauration de l'orgue de La Ronde-Haye ?

 

Vous pouvez faire un don à travers le site de la Fondation du patrimoine.

Toutes les explications en cliquant sur le lien : orgue de La Ronde-Haye.

 

Merci !


 Une convention tripartite – la Fondation du Patrimoine, la mairie et l'association ASPRO – a été  signée le 25 juin 2018 afin d'organiser l'appel aux dons. Le président et le secrétaire d’OBC, membres d’ASPRO, ont apporté leur concours pour la réalisation d'un dépliant et de la page qui apparaît sur le site Internet de la Fondation.

 

 

Sur la photo, de gauche à droite, Denis Lenesley, maire de La Ronde-Haye, Jean-François Louvet, délégué de Pays à la Fondation du patrimoine et Bruno Féron, président d'ASPRO.


Le 2 juin 2017, est créée l'« Association de Sauvegarde du Patrimoine de La Ronde Haye » dite ASPRO (RO étant les deux premiers caractères du nom de la commune en même temps que ceux de Restauration de l'Orgue.
Dans les statuts , il est précisé que l'Association a pour but d'apporter un soutien financier à la restauration de l'orgue de l'église. Ce soutien pourra être étendu à tout patrimoine communal. Elle contribuera également à développer l'animation culturelle en liaison avec Orgues du Bocage Coutançais. Elle sera aussi le lien entre la Commune et la Fondation du Patrimoine.

ASPRO va permettre dès maintenant d'accueillir les dons de particuliers ou d'entreprises en complément des fonds publics.


 Suite à la publication du rapport de Maurice Rousseau, le conseil municipal de La Ronde-Haye approuve le projet de restauration de l'orgue sous réserve que le financement soit trouvé. Peu à peu, l'idée d'une demande de protection fait son chemin afin de pouvoir bénéficier de subventions de la part des pouvoirs publics.

Thierry Semenoux, technicien-conseil agréé, visite l'orgue le 1er mars 2017. Par courrier du 17 avril, il encourage la municipalité à demander une protection au titre des Monuments Historiques "pour cet instrument atypique". Il poursuit : "Il est en effet très rare de trouver un orgue avec toute la tuyauterie en zinc, et de plus le travail des frères Joseph et Jean Bataille est patrimonialement quasiment non connu."

Après approbation par le conseil municipal, un courrier du maire à la DRAC daté du 10 juillet 2017 lance la demande de protection.


Début juin 2015, Maurice Rousseau prend des mesures, établit des croquis, dresse sommairement les plans de l'instrument. Il prend le temps d'échanger avec les personnes de la localité qui viennent s'informer. L'étude est présentée en mairie au mois de novembre. Elle expose l'intérêt historique de l'orgue et ce qu'il conviendrait de faire pour sa remise en état.

 

Ci-dessous, un document paru initialement sur le site Internet du périodique "Orgues Nouvelles" lors de la parution du numéro du printemps 2016 dans lequel 4 pages était consacrée à OBC.

Après un entretien avec Maurice Rousseau, on trouvera les grandes lignes du rapport qu'il a remis à la municipalité de La Ronde-Haye.

Télécharger
RondeHaye.pdf
Document Adobe Acrobat 651.4 KB

Début novembre 2014, lors d'une visite à La Ronde-Haye, Maurice Rousseau, conseiller technique en orgues, souligne l'intérêt historique du petit instrument muet depuis plus de trente ans. Il a été construit en 1854 par Joseph et Jean Bataille de Saint-Nicolas-de-Pierrepont, deux menuisiers faisant également de la facture d'orgues.
La tuyauterie de métal est entièrement en zinc et de grande qualité. Cela ne se rencontre pratiquement nulle part ailleurs. Il existe encore d'autres particularités dans les mécanismes de transmission. La municipalité, en lien avec l'association OBC, a commandé une étude complète.
Elle souhaite connaître ce patrimoine et pouvoir réfléchir sur des bases solides à une éventuelle restauration.